Travailler avec les thais

Alors voilà un problème qu’il est compliqué.

Petit rappel:
1) Un thaï ne dit jamais “non”.
2) un thaï vous répond ce que vous aimeriez leur entendre dire.

Petit test: Quelle question faut il donc poser pour que le Thaï vous réponde ‘non’ ?

Réponse: Une question qui vous rabaisse.

je suis con ? non.
Je suis moche ? non.
Tu n’aimes pas ma chemise ? non.

Voila. S’il repond oui, il ne respecte pas la règle 2 qui est plus forte que la 1.

Entrons dans le vif du sujet

Dès lors, comment on fait pour obtenir une information correcte ?

La question fermee et contraignante ne marchera pas.

Question Tu auras fini pour le 30 de ce mois ci ?
Réponse Oui

La question ouverte et contraignante ne marchera pas.

Question: Tu penses qu’il est possible de finir ce projet pour le 30 ?
Réponse: Oui

La bonne question est la question ouverte sans contrainte.

Question: Combien de temps il te faut pour terminer ce projet ?
Réponse: le 5 du mois prochain

Voilà. C’est le mieux qu’on pourra obtenir. Dans les 2 autres cas ils diront oui pour ne pas vous décevoir et ne tiendront pas les délais.

Ensuite bien évidement il faudra se débrouiller pour réduire les délais. Un Thaï respectera le manager qui mets la main a la pâte. Il faut lui montrer qu’on planche dessus très dur pour respecter les délais. Il en fera autant.

Evidement ce n’est pas le cas de tous les Thaï. Je généralise. Ceux qui ont fait des études aux Etats Unis ou ailleurs sont plus ouvert. Et ont pris l’habitude du mode de communication ocidental, franc et directe, ou on peut dire à son patron (avec un peu de diplomatie) que son boulot ca craint et qu’il faudrait revoir 2-3 points.

Dans la culture Thaï il y a un point important :”Ne pas perdre la face”. Et tout le monde le respecte. Dire a son patron qu’il s’égarre lui ferait perdre la face. Refuser le contrat d’un fournisseur au profit d’un autre lui fera perdre la face (attention le niveau social est a prendre en compte).

Je repique une anecdote du très bon livre :”Working with the Thais” (Il en faut un c’est dire).

Il y avait eu un projet pour la construction d’une centrale électrique d’une certaine taille Elle seule serait suffisante pour satisfaire tous les besoins de la région. 2 fournisseurs avaient répondu au tender. Mais les 2 personnages était de rang social très élevé et ne pouvaient accepter de perdre le contrat. ce serait perdre la face.
Au bout du compte les 2 projets ont été accepté. Des millions de baht en plus ont été dépensé, mais l’honneur de tout le monde est sauf. Au fond… C’est l’essentiel.

Je viens d’intégrer la notion de rang. Les couche sociales sont très marqués. Dans le langage, dans les habits, dans le langage corporel.

Quelque exemple ?

Il y a 4 facons de waier en fonction de la personne a dire bonjour.

Il y a 4 facons de dire ‘manger’:

raplataan (famille royale ou ministre ou autre)
raptaan (son patron)
taan (un inconnu)
kin (les amis)

Il existe un vocabulaire spécial pour parler à la famille royale. Ils ne servent exclusivement qu’a ca…

Aussi un Thaï dira plus facilement ‘non’ a un ami ou quelq’un d’un niveau moins élevé que lui qu’a quelqu’un d’un niveau plus élevé que lui.

Les Thaï pensent que les étrangers leurs sont supérieurs. J’en avais entendu parlé et un Thaï me l’a dit ouvertement. “I think you (les farangs) are better than us”.

De ce fait, même si l’étranger est un pauvre paysan du fond du texas qu a un vocabulaire de 1000 mots, le Thaï l’estime supérieur. Essayer d’obtenir une information correcte se heurtera automatiquement aux barrières du respect de l’étranger.

Fait amusant, dans un langage ou les niveaux sociale sont très échelonnés, les thaïs sont gêné avec l’anglais qui ne leur laisse qu’un ‘You’ beaucoup trop global pour leur satisfaire.

Bon ben voilà. Travailler en Thaïlande ce n’est certainement pas de tout repos. On transpire beaucoup parfois et on entre dans son bureau en se disant aussi :”J’en ai marre de passé pour une burne” parce qu’ils ont pas arrêté de dire ‘oui’ et au bout du compte ils peuvent pas ou c’est trop long. Face a la maison mère, quelque fois on peine a expliqué que ‘ICI’ c’est comme çà. Qu’on fait de notre mieux avec ce qu’on a. Le data admin en Europe il a Bac+4 alors que ‘ICI’ s’il a Bac+4 il sera catapulté directe manager du département IT du concurrent. Alors on fait avec pas de bac du tout.

C’est quand même une super expérience. je ne crache pas dans la soupe. Je n’échangerais ma place pour rien au monde.

2 Comments

Filed under Je survis a Bangkok

2 responses to “Travailler avec les thais

  1. Jean-françois

    Bonjour de Corse.
    J’ai beaucoup apprecié vos “blogs” et je tiens à vous l’exprimer.
    Je ne suis plus allé en Thaïlande depuis 1 an et demi et ça me manque énormément. Enfin, j’espère y être d’ici un mois pour une quinzaine.
    Bonne continuation et surtout, continuez à écrire, c’est super

  2. Jean-françois

    C’est la première fois que je me rends sur un blog et ne maitrise pas bien l’anglais, je ne suis pas sur que vous receviez ce message, ce serait gentils de me le faire savoir
    merci

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s